La Maison Blanche est en train de modifier les règles d’utilisation des armes numériques pour lutter contre les adversaires des réseaux américains. En effet, l’administration Trump a autorisé le recours à des ‘cyber opérations offensives’ contre des ennemis étrangers, ont confirmé des responsables selon le Washington Post

Cette annonce s’aligne sur une nouvelle politique plus large visant à assouplir les règles régissant l’utilisation par les États-Unis de cyber-armes pour dissuader leurs adversaires. La Maison Blanche s’inquiète de ce que les gouvernements étrangers ciblent les réseaux américains. À l’heure actuelle, l’armée américaine et les agences gouvernementales peuvent utiliser les cyber-opérations pour protéger les systèmes et les réseaux du pays.

Le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton qui a confirmé la nouvelle stratégie, n’a pas partagé les détails de ces opérations, ni les attaques qu’ils sont censés dissuader, ni le comportement malveillant qu’elles sont censées contrecarrer.

Globalement, la directive présidentielle autorise les militaires à utiliser des tactiques qui ne relèvent pas du ‘recours à la force’ ou qui pourraient entraîner ‘la mort, la destruction ou des impacts économiques importants’, selon le Washington Post.  Désormais, les activités défensives se dérouleront dans le contexte de la «concurrence quotidienne des grandes puissances» plutôt qu’en période de crise.

La stratégie de Trump s’appuie sur celles proposées par les administrations précédentes et intègre des nouvelles initiatives telles que l’utilisation d’une approche de «gestion des risques» pour remédier aux vulnérabilités des infrastructures critiques. Enfin, le Pentagone a publié, dernièrement, une nouvelle stratégie mettant en avant la Russie et la Chine comme les principaux adversaires des États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 28 =