Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a exprimé jeudi à Alger la volonté du gouvernement de poursuivre en 2019 la numérisation de l’administration, à travers une interconnexion « approfondie » entre le niveau central et le niveau local.

« S’agissant de l’efficacité de l’administration, elle continuera à progresser grâce à la numérisation qui fait l’objet d’une véritable mobilisation du gouvernement », a indiqué M. Ouyahia à l’issue des travaux de la rencontre gouvernement-walis.

« En effet, l’année 2019 connaîtra une interconnexion approfondie entre le niveau central et le niveau local de nombreuses administrations ainsi qu’une interconnexion élargie entre secteurs, avec tous les moyens que cela exige », a-t-il précisé.

Il a estimé qu’à l’horizon 2021, « l’Algérie aura parachevé sa profonde mutation en matière de numérisation et d’administration électronique comme l’a décidé le président de la République, Abdelaziz Bouteflika ».

Les participants à la rencontre Gouvernement-walis, dont les travaux ont pris fin jeudi après-midi au Palais des Nations (Club des Pins) à Alger, ont mis l’accent sur la nécessité de faire de la numérisation « le moteur » de la modernisation du service public tout en l’accompagnant d’un système « efficace » pour alléger et faciliter les procédures.

Les participants à l’atelier «Pour un écosystème numérique territorial moderne et simplifié» ont mis en avant, dans leurs recommandations l’importance de mettre en place un mécanisme de valorisation des idées et des projets innovants en vue de les généraliser sur toutes les collectivités locales pour garantir un service public « de qualité » ainsi que l’accélération de l’opération d’utilisation du numéro d’identification national tout en incitant à adopter un numéro d’identification national unifié pour les personnes morales et la mise en place d’un mécanisme de coordination entre les secteurs concernés pour généraliser son utilisation dans le secteur économique.

Ils ont également appelé à l’accélération de l’interconnexion entre les bases de données et les systèmes d’informatiques dans le cadre d’une stratégie « cohérente » placée sous l’autorité d’un organe habilité et la mise en place d’un cadre juridique régissant les mesures de l’appui technique dans le domaine de la mise en place des fondements de coordination commune entre les secteurs et les mécanismes institutionnels et fonctionnels susceptibles de promouvoir les services publics innovants au niveau local.

Les participants ont mis l’accent sur l’impératif d’accélérer la vulgarisation des infrastructures numériques et de leur développement de manière « cohérente » au niveau régional et ce pour une exploitation « efficace et effective » des différentes données fournies par les bases de données, tout en tenant compte de la rationalisation et la motivation de leur rendement, soulignant également la nécessité d’exploiter les opportunités offertes par la numérisation afin de renforcer l’exécution de la politique sociale en mettant en place « un portail numérique » au titre de cet espace et ce en vue de prendre en charge les différentes catégories notamment vulnérables de la société.

Ils ont souligné, en outre, la nécessité d’accélérer le développement des services publics via internet en proposant des services « simples et optimaux » pouvant être accessibles via supports multimédias, mettant l’accent sur l’impératif de moderniser la gestion des services sectoriels qui continue d’attirer « un nombre important » d’usagers notamment le système fiscale, le cadastre et la conservation foncière et ce afin d’atténuer la pression et « de mieux contrôler ».

Il a été également recommandé « le développement de services numériques au profit des habitants, notamment celles ayant trait aux différents risques qui les guettent à l’image des accidents de la route, de la météo, des inondations, des incendies, des épidémies et des différents autres dangers ».

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a exprimé jeudi à Alger la volonté du gouvernement de poursuivre en 2019 la numérisation de l’administration, à travers une interconnexion « approfondie » entre le niveau central et le niveau local.

« S’agissant de l’efficacité de l’administration, elle continuera à progresser grâce à la numérisation qui fait l’objet d’une véritable mobilisation du gouvernement », a indiqué M. Ouyahia à l’issue des travaux de la rencontre gouvernement-walis.

« En effet, l’année 2019 connaîtra une interconnexion approfondie entre le niveau central et le niveau local de nombreuses administrations ainsi qu’une interconnexion élargie entre secteurs, avec tous les moyens que cela exige », a-t-il précisé.

Il a estimé qu’à l’horizon 2021, « l’Algérie aura parachevé sa profonde mutation en matière de numérisation et d’administration électronique comme l’a décidé le président de la République, Abdelaziz Bouteflika ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 + 18 =