La technologie évolue rapidement, mais peu de produits, services ou entreprises se sont intégrés à un marché existant et les ont redéfinis à leur propre image aussi rapidement et complètement que Google.
À sa création en 1996, la société a été baptisée BackRub par ses co-fondateurs, Sergueï Brin et Larry Page. En 1997, ils ont renommé leur moteur de recherche «Google», déformation de «Googol» qui est 10 à la puissance 100, pour affirmer leur ambition de créer un moteur de recherche à très grande échelle.
En 1998, Google s’est retrouvé en concurrence avec des moteurs de recherche spécialisés dans Internet. Quelques-uns d’entre eux – comme Northern Lights, Alta Vista et Yahoo – étaient des leaders reconnus.
Chacun avait sa propre approche pour indexer le Web en expansion rapide avec des arbres de navigation. Et chacun avait des millions d’utilisateurs dévoués.
Sans ces moteurs, la plupart d’entre nous ne savaient pas comment trouver quoi que ce soit sur le World Wide Web, pour ceux qui s’en souviennent ou comme nous l’appelions souvent à l’époque.
Sans Google, je ne pense pas que nous n’aurions jamais vraiment compris l’énorme puissance et le potentiel des données.
Une année plus tard, Google a été reconnu comme l’un des meilleurs sites Web d’Internet pour trouver des résultats pertinents.
La montée de Google a coïncidé avec les luttes anti-confiance de Microsoft sur Windows et le navigateur Web Internet Explorer.

Google est devenu un verbe
Cinq ans plus tard,, Google était devenu un verbe –Googler- . La conséquence nette et claire est que presque tous les moteurs de recherche ont disparu le laissant seul sur le marché, même si Microsoft a mis, un peu en retard, sur le marché Bing. Google avait pris le marché et devenait de facto le leader. Aujourd’hui, il est presque impossible de faire une recherche sur le net sans Google.
La question qui se pose est la suivante : pourquoi Google est-il devenu ce qu’il est aujourd’hui : un géant. La réponse est toute simple en quatre lettres : data.
Il a gagné la bataille du search en étant meilleur que pratiquement tous les autres produits similaires -tous gratuits, en passant- sur le marché. Mais en ce temps-là, personne ne comprenait le pouvoir illimité des données. En effet, sans Google ; je ne pense pas que nous n’aurions jamais vraiment compris l’énorme puissance et le potentiel des données. Un petit flashback s’impose. Les moteurs de recherche qui existait au début de Google comprenaient des centaines de millions de pages d’internet, mais n’avaient aucun lien entre elles. Google a mis des liens et une autre dimension.
Depuis le début, Google s’intéressait autant au contenu de chaque page qu’à ses relations. Il a alors décortiqué les pages web de ses concurrents et il a compris que l’index textuel d’informations d’une page Web était une représentation plate des informations et de la signification qui y étaient contenues.
Dans un premier temps, Google a examiné la construction de chaque page et en a tiré des conclusions en se basant sur le formatage d’une page. Il a compris que l’information importante se trouve en haut du texte de la page web. Elle devenait alors prioritaire. De plus, Google a utilisé les paramètres HTML comme le H1, H2 ou H3 qui étaient utilisés pour la taille du titre, car cela indique une importance pour le texte.

La Rankpage, un outil du search
Le deuxième temps a été de définir la réputation d’une page web. Google s’est basé sur les liens externes qui ont une dimension critique aux données de page de Google et qui analysent les liens vers chaque page Web afin de déterminer la réputation d’une page, car plus de liens vers votre page signifiaient, aux yeux de Google, une pertinence accrue. Enfin avec ces deux structures, Google a construit son algorithme avec une «PageRank» qui est sa propre perception de l’internet.

Utilisation de la sémantique
Aujourd’hui, l’algorithme de recherche est devenu de plus en plus puissant d’autant plus qu’il utilise de plus en plus de l’IA -Intelligence artificielle-. La data reste son cœur et sa matière première. La recherche sur le Web, avec l’IA, s’est déplacée vers le graphe de connaissances plus puissant et sensible au contexte et son algorithme est devenu plus important que les données elles-mêmes, car Google a commencé à relier des mots, et à associer ces mots pour donner du sens aux phrases. Ils ont commencé à appliquer de puissants algorithmes à ces connexions. Il va de soi que les premières intelligences artificielles ont aidé Google à comprendre le sens de ces mots et à établir des corrélations en temps réel. Elle a ses origines dans l’esprit synthétique du langage, dans son dynamisme naturel à établir des rapports instantanés entre des idées. Google ingère, indexe et reflète instantanément les relations existantes en fonction de ce que ses algorithmes et IA peuvent glaner. Son objectif – ‘organiser les informations du monde et les rendre universellement accessibles et utiles’ depuis ses premières années d’existence.

La naissance de Gmail
L’autre fait remarquable pour Google est la création de Gmail qui a permis aux internautes d’avoir un email avec beaucoup de giga-octets, et à Google de comprendre ce que nous envoyions par courrier électronique. Les nouvelles qui nous intéressent et que nous lisons. Comment et où allons-nous les stocker. Comment voyageons-nous et même, aujourd’hui, comment gère-t-on nos maisons. Tout cela, pour générer des ventes d’annonces publicitaires. Par contre, Google ne peut se permettre d’ignorer la perception du public quant à ses politiques de suivi de données et de consommation et sur les questions de protection de la vie privée, d’autant que l’été dernier Facebook et Twitter ont été entendus par le Sénat américain. Google aborde cette troisième décennie avec un débat mondial sur la data et la protection privée. Saura-t-il s’en sortir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =