D’un côté, Microsoft se désengage de l’Algérie, de l’autre, elle ouvrira ses premiers datacenters au Moyen-Orient à Abu Dhabi et à Dubaï, dans le cadre de son expansion géographique afin de conquérir le marché mondial du Cloud et d’attirer les clients d’Amazon. De plus, Microsoft envisage d’ouvrir deux sites cloud en Suisse, dans les régions de Genève et de Zurich, et ajoutera deux nouveaux sites en Allemagne. La société a refusé de dire où en Allemagne ou de préciser quand tous les nouveaux sites seront ouverts.
La société, basée à Redmond, dans l’État de Washington, a déclaré en janvier dernier qu’elle augmenterait les dépenses pour augmenter ses capacités du cloud. Cela a fait suite à quelques trimestres d’investissements plus lents, car Microsoft remplissait les centres de données qu’il avait déjà construits. Microsoft possède actuellement 42 régions de cloud Azure et tente d’ajouter d’autres zones cette dernière souhaite stocker des informations et des applications plus proches des clients. Cela permet d’accélérer les transferts de données et de satisfaire les lois et préférences locales en matière de stockage de certaines informations dans le pays d’origine du client. D’un autre côté, Amazon a annoncé en septembre qu’il envisageait d’ouvrir un centre de données en Cloud à Bahreïn en 2019. Amazon est le plus grand vendeur de services en Cloud dans le monde avec une part de marché quatre fois plus grande que celle du n°2 qui est Microsoft qui a quasiment doublé les revenus de son activité Azure sur chaque trimestre de 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 − 20 =