Sommaire IT Mag 409

Les conditions et modalités d’exercices de la presse électronique en Algérie seront définies par la future Autorité de régulation de la presse écrite (ARPE), a indiqué le 3 mai dernier le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse. «C’est une presse particulièrement présente aujourd’hui. C’est la réalité du temps et des conditions actuelles qui font que la presse électronique émerge de plus en plus au détriment des supports classiques. Tout cela sera pris en compte», a-t-il assuré.
En février dernier, M. Kaouane avait affirmé que les préparatifs pour la mise en place de l’ARPE se poursuivaient, soulignant que le plus important c’est d’œuvrer à faire de cette Autorité, une instance efficace. «Le temps n’est pas le plus important pour nous. Ce qui nous importent c’est de faire de cette Autorité, une instance efficace», avait-t-il assuré.
Le 4 octobre 2017, le ministère de la Communication avait indiqué, dans un communiqué, que M. Kaouane a entamé une série de consultations avec les acteurs du secteur de la Communication, dans le cadre du lancement du processus d’établissement de l’ARPE.
Tout en rappelant que l’ARPE avait été «décidée par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et priorisée dans le Plan d’action du Gouvernement», le ministère avait précisé que cette «concertation est dictée par la nécessité d’avoir la perception la plus large possible du regard que porte la corporation sur ce processus qui l’implique et l’engage».
«Cela, d’autant que la démarche consiste dans une structuration pérenne qui permettra à la presse de se prendre en mains et de réguler sa situation professionnelle et éthique», est-il ajouté, soulignant que «les consultations se poursuivront et associeront des journalistes et des éditeurs des différents horizons de la presse écrite, publique et privée».
Pour rappel, à l’occasion de la Journée national de la presse (22 octobre 2017), le président Bouteflika, s’était engagé à mettre en place l’ARPE en instruisant le gouvernement d’accélérer la mise en place de l’ARPE et son activation.
En septembre 2017, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, avait annoncé l’installation avant la fin de l’année 2017 de l’ARPE, assurant que le gouvernement œuvrera pour l’amélioration de la situation des médias en Algérie et de l’accès à l’information.
L’ARPE, prévue par loi relative à l`information de 2012 et jouissant de la personnalité morale et de l`autonomie financière, est chargée notamment de «encourager la pluralité de l`information et de veiller à la diffusion et à la distribution de l`information écrite à travers tout le territoire national».
Une loi encadrera cette innovation de sorte qu’elle soit exercée dans la préservation de la vie privée et des droits d’autrui, des intérêts légitimes des entreprises, ainsi que dans le respect des exigences de la sécurité nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 + 16 =